Banniere
News
Chroniques
Interviews
Groupes
En Live
Dossiers
Concours
U-zine
Forum
U-zine.org : chronique de To-Mera - Transcendental

Nouveau concours

HornsUp

Hellfest

Brutal Assault

Motocultor

 

.

.

Derniere Chro

Sonata Arctica - Ecliptica - Revisited
Sonata Arctica

Jig-Ai - Rising Sun Carnage
Jig-Ai

Mors Principium Est - Dawn of the 5th Era
Mors Principium Est

Dark Fortress - Venereal Dawn
Dark Fortress

MassHIV Sex Trauma & Ass Deep Tongued - 24 ways to seduce a woman's split
MassHIV Sex Trauma & Ass Deep Tongued

MysticuM - Planet Satan
MysticuM

Fleshtized - Promo 2006
Fleshtized

Impiety - Avent of...
Impiety

Slipknot - .5 : the Gray Chapter
Slipknot

Stinky Bollocks - Second Breath
Stinky Bollocks

Yob - Elaborations of Carbon
Yob

Plus de Chroniques ?

 

.

.

   

To-Mera - Transcendental


  To-Mera - Transcendental

Label : Candlelight Records
Style : Metal Progressif à chant féminin
Sortie : Septembre 2006
[ Voir la tracklist ]

[ Voir la fiche du groupe ]

Après avoir officié chez Without Face (metal progressif hongrois), Julie Kiss s’associe à Lee Barrett (ancien grindeux chez Extreme Noise Terror entre autre) afin de fonder To-mera. S’ensuit une démo deux titres (« Dreadful Angel » et « Born Of ashes ») sortie en 2005. Septembre 2006 voit la naissance du premier album du combo, intitulé Transcendental.

L’artwork de couleur sombre, sur lequel on distingue un paysage, une nature, est à l’image des morceaux de la galette : mystérieux, sombres, et envoûtants.


A travers les huit morceaux ornant ce CD (chacun d‘une durée de 5 à 6 minutes, hormis l‘intro de 3min.13 et la chanson finale « Realm Of Dreams » de neuf minutes environ), To-Mera pratique un metal progressif très personnel dans l'élaboration de chaque morceau. Ils sont indépendant, et à chaque fois différent dans leurs constructions et dans leurs ambiances.

Après une courte intro somme toute agréable (« Traces »), commençant par un chant clair de Julie Kiss et se terminant par de douces notes de piano (au clavier) de Hugo Sheppard, sur le titre suivant (« Blood »), ce qui paraît être du dark-gothique metal féminin en apparence, vis à vis de ses nappes de claviers en fond sonore notament, s’avère en fait plus complexe que ça, grâce à l’apport de riffs guitares tranchés, ainsi que des sonorités électroniques sur un passage. J’aurai tendance à penser que c’est un bon tour de chauffe, tant « Blood » n’exploite pas encore vraiment toute les caractéristiques de la musique de To-Mera.

Impression vérifiée sur « Dreadful Angel ». Le groupe a eu raison de peaufiner cette chanson (cf. elle était sur la démo 2 titres) tant elle est, de façon positif, complexe et réussi. Le metal progressif de nos amis britanniques est dosé de façon admirable, les changements de rythme à tout va s’enchaînent efficacement (alternance entre rythmes doux à la gratte sèche et riffs aux sonorités thrash bien lourd, solo de guitare sur fond de claviers, touche jazzy pendant quelques secondes, etc…). C’est mon coup de cœur sans discussion sur le CD.
A noter que les trois premiers morceaux (en comptant l‘intro) se ponctuent à chaque fois par quelques notes au piano.

La suite du skeud n’est pas absent de bonnes surprises, à travers la très expérimental « Phantoms » (… et sa jolie montée en puissance à 5min.25), « Parfum » (non non, rien à voir avec celui que les nanas se foutent sur eux) et son intro très musique classique, le côté groovy & Jazzy de « Obscure Oblivion » (on devine clairement la ferveur du guitariste Tom MacLean pour le jazz), ou bien encore la longue (9 minutes) et plantante « Realm Of Dreams », qui côtoie les hautes sphères de la mélancolie. On entend sur cette dernière piste un très court passage d’une tonalité plus grave dans la voix de Julie Kiss, dommage qu’il n’est pas été plus développé, ça aurait ajouté une variante intéressante à celui-ci, qui d'ailleurs ne raisonne pas de façon trop suraigu sur l‘ensemble de l‘opus, comme nombre de ces combos à chanteuse féminine. C'est par conséquent un bon point pour ceux qui ne les aiment que moyennement comme moi. J’y mettrai néanmoins un bémol, que vous pourrez lire plus bas dans ma conclusion.

Avant de passer à celle-ci, notons qu’afin de profiter au maximum de la touche progressif très présente de To-Mera, de sa variété de styles et rythmique musicale, encore fallait-il une production digne de ce nom, ce que le groupe nous offre sans bavure. Que demande le peuple d’u-zine après ça ? LA CONCLUSION ! Ok… ben la voilà, suffisait de le dire ! :p


À travers les huit morceaux de ce Transcendental, To-Mera nous détruit littéralement sous les yeux tout les banals clichés que l’on pourrait avoir d’un groupe à chant féminin, grâce à sa richesse musicale indiscutable, puisé essentiellement de son metal progressif à la fois sombre, émotionnel, et dynamique. Même si le chant de Julie Kiss tient une place prépondérante quand à l’enchantement procuré par ce CD, il n'est peut être pas assez varié parfois, et ne suit pas forcément les envolés épiques du groupe, mais soyons indulgent, tant ce combo a énormément de chose à exprimer émotionnellement parlant à travers sa musique. Transcendant en bref, c'est le mot. Un groupe à surveiller de prés, et qui a je pense une belle marge de progression.

Note : 7.5 / 10


Partager sur Facebook : Par : Cannibal JC

.: Donnez-nous votre avis

MOYENNE DES LECTEURS :
      Nombre de votants : 4

- Ajouter un commentaire sur cette chronique -
( Il y a 6 commentaires)

.: Plus d'infos sur To-Mera

Lire toutes les chroniques de To-Mera :
To-Mera - Transcendental   To-Mera - Delusions  

 
 

Recherche

..

.

 

Newsletter

..

.

 

Dernier Report
HautBas

..

.

 

Dernier DVD
HautBas

..

.

 

Derniere Interview
HautBas

..

.

 

Derniers Dossiers
HautBas

..

.

 

Dernières galeries photos
HautBas

..

.

 

Prochains Festivals
HautBas

 

..

.



DamageFest MO
[ Crédits - Stats - Copyright © 2004-2014 - U-Zine - 46 visiteurs connectés]
[ Haut de Page ]