Banniere
News
Chroniques
Interviews
Groupes
En Live
Dossiers
Concours
U-zine
Forum
U-zine.org : chronique de Extreme - Take Us Alive

HornsUp

Hellfest

Brutal Assault

Motocultor

 

.

.

Derniere Chro

Caïnan Dawn - Thavmial
Caïnan Dawn

Gory Blister - The Fifth Fury
Gory Blister

Striborg - Solitude
Striborg

Fleshtized - Tower of Pain
Fleshtized

Diapsiquir + Peste Noire - Rats Des Villes VS Rats Des Champs
Diapsiquir + Peste Noire

Burden of Grief - Unchained
Burden of Grief

Diocletian - Gesundrian
Diocletian

Herder - Gods
Herder

Blues Pills - Devil Man
Blues Pills

Origin - Omnipresent
Origin

Belligerent Intent - Eternity of Hell & Torment
Belligerent Intent

Plus de Chroniques ?

 

.

.

   

Extreme - Take Us Alive


  Extreme - Take Us Alive

Label : Frontiers Records
Style : Hard Rock/Fusion
Sortie : Avril 2010
[ Voir la tracklist ]

[ Voir la fiche du groupe ]

Il est enfin arrivé ! Il se sera fait attendre celui-là, je veux bien sûr parler du DVD d’Extreme. Première sortie vidéo après cinq albums (dont certains sont devenus des classiques), les américains (et portugais) nous proposent enfin de visionner leur prouesses musicales et techniques au travers d’un excellent live enregistré le 8 août 2009 au House Of Blues de Boston. Choix indiscutable puisque c’est dans cette ville du Massachusetts qu’Extreme a vu le jour.

Revenons sur les faits, après quatre albums dont le dernier « Waiting For The Punchline » vit le jour en 1995, le groupe splitta. 13 ans sans aucune activité, Nuno Bettencourt, Gary Cherone, Pat Badger décident de relancer le groupe en sortant un cinquième album studio « Saudades De Rock » en 2008. Kevin Figueiredo qui a accompagné Nuno dans divers projets tel que DramaGods reprend le flambeau derrière les fûts. Après la sortie de ce nouvel opus, Extreme entama une tournée mondiale, le « Take Us Alive Tour » où tout le monde comprit que les années n’ont aucunement joué sur le groupe, croyez moi que je me remémore encore souvent le concert à l’Élysée Montmartre.

Le produit est vendu dans un digipack sobre et simple accompagné d’un livret photo des quatre membres. Le DVD contient donc le live à Boston d’une durée d’environ 1h45 disponible en Dolby 5.1 ou en Stereo. Côté bonus, on peut d’or et déjà jouer les grincheux puisque nous avons le droit qu’à quatre clips inédits mais nous y reviendront plus tard.

Parlons d’un premier temps du contenu principal, le live à Boston. Extreme joue devant une salle comble qui se rapprocherait un peu de la configuration de notre Bataclan à Paris.
Après le montage du matos et la préparation back stage du groupe revu en quelques minutes, l’intro de « Decadence Dance » retentit dans la salle, la pression monte et Nuno lance ce riff énorme qui fait littéralement péter l’audience ! Extreme débute ce show de la meilleure façon possible avec ce titre et croyez moi, c’est parti pour une leçon de musique. Le groupe est en réelle cohésion avec le public qui donnera de sa voix dès les premiers vers, de façon très impressionnante. Ils ont l’air impériaux, intouchables, Gary arpente la scène dans tous les recoins et ne cesse de bouger partout tout en étant au top vocalement. Nuno est fidèle à lui-même, un vrai Dieu, tout parait facile lorsqu’il le joue, sans pour autant en faire des tonnes ce qui est vraiment appréciable. Pat et Kevin font la paire comme si ils jouaient ensemble depuis le départ.
Malgré les années passées, Extreme est au top de sa forme délivrant tous ses plus gros hits (même si il y a quelques oublis) mêlés aux nouveaux titres extraits de « Saudades De Rock » qui passent vraiment bien l’épreuve du live à l’image d’un « Confortably Dumb » qui ne fait pas du tout tâche juste après « Decadence Dance ».
La setlist retraverse toutes les époques du groupe en mettant évidence le petit dernier et « Pornograffitti ». Le choix des titres est très bien ficelé, alliant les titres les plus « festifs » à d’autres beaucoup plus posés et aérien comme l’excellent « Tell Me Something I Don’t Know », sans oublier le quart d’heure américain après la prouesse de Nuno sur « Midnight Express » où Gary rejoint son guitariste pour interpréter le classique « More Than Words » chanté en grande partie par un public totalement conquis, avant d’enchaîner sur la très belle balade qu’est « Ghost ». On notera aussi un génialissime « Cupid’s Dead » et son break qui tue ou l’inévitable « Get The Funk Out » qui donne toujours autant envie de remuer le popotin et sur lequel Extreme quitte la scène avant de revenir pour un rappel en douceur.
Encore une fois le choix du rappel est judicieux, l’épique « Am I Ever Gonna Change » (si on peut la qualifier ainsi) fait monter la mayonnaise comme il faut avant de finir sur l’acoustique « Hole Hearted » qui comme à l’image de « More Than Words », émoustille toutes femmes présentes dans la salle ! (Et à en juger les premiers rangs, il y en a beaucoup, OUI MESSIEURS LES CELIBATAIRES, METTEZ VOUS A EXTREME).

Vous l’aurez compris, pas besoin d’épiloguer 2h pour vous dire que ce concert est une réelle claque et je le répète une leçon de musique, un show débordant de maîtrise mené de mains de Dieux par Nuno Bettencourt et Gary Cherone.

Le montage et la réalisation vidéo sont quant à eux très bons, pas de surproductions avec des filtres moches à tout vas, ni de quoi nous faire mourir de crise d’épilepsie.
Concernant le son, je fus tout d’abord mitigé trouvant un certain manque de patate sur le système son traditionnel d’un téléviseur, avant de le passer sur le 5.1 de l’ordinateur où là le son prend une toute autre ampleur et s’avère bien meilleur.

Si le concert principal m’a apporté bien plus que de la satisfaction, je reste sur ma faim concernant les bonus qui se font vraiment léger. Alors que l’on pouvait s’attendre à quelques bootlegs de la vieille époque ou même certaines choses captées professionnellement (ce passage mythique sur la scène de Wembley avec un medley de Queen pour l’hommage de Freddy Mercury) mais hélas nous avons le droit qu’à quatre clips inédits.
En effet, Extreme a tourné quatre clips pour son dernier albums et qui n’ont jamais vu le jour. On y retrouve le marrant « King Of The Ladies », le mélancolique « Interface » avec son histoire en portugais, un clip live de « Run » durant une tournée au Japon ainsi qu’un dernier clip pour « Ghost ». Quoi qu’il en soit, ça reste tout de même très léger.

En outre « Take Us Alive » reste un investissement sûr, pour les fans du groupes ou même ceux qui ne connaissent pas pourront se manger une belle tatane en visionnant ce live, qui tourne désormais en boucle chez moi. La piste audio de ce concert est aussi sortie sous le format double CD, à vos disquaires !

Note : 8 / 10


Partager sur Facebook : Par : John

.: Donnez-nous votre avis

MOYENNE DES LECTEURS :
      Nombre de votants : 1

- Ajouter un commentaire sur cette chronique -
( Il y a 2 commentaires)

.: Plus d'infos sur Extreme

Lire toutes les chroniques de Extreme :
Extreme - II : Pornograffitti   Extreme - Saudades De Rock   Extreme - Take Us Alive  

Lire tous les reports de Extreme (ou photos) :
¤ Hellfest Open Air 2014 - Samedi @ Clisson - 21 Juin 2014
¤ Motocultor Festival 2013 @ Saint Nolff - 16, 17 et 18 Aout 2013
¤ Summer Breeze Open Air 2011 @ Dinkelsbühl - 17, 18, 19 et 20 août 2011
¤ Obscene Extreme Festival 2011 @ Trutnov - 07->09 Juillet 2011 ( ou voir les photos )
¤ Extreme @ Paris - 4 novembre 2008

 
 

Recherche

..

.

 

Newsletter

..

.

 

Dernier Report
HautBas

..

.

 

Dernier DVD
HautBas

..

.

 

Derniere Interview
HautBas

..

.

 

Derniers Dossiers
HautBas

..

.

 

Dernières galeries photos
HautBas

..

.

 

Prochains Festivals
HautBas

 

..

.



Doweet Fall of Summer
[ Crédits - Stats - Copyright © 2004-2014 - U-Zine - 28 visiteurs connectés]
[ Haut de Page ]